Un sit-in de chômeurs brutalement dispersé à Laghouat : «Ici, sans bakchich, tu n’as rien !»

Publié le par LAGHOUATI

Un sit-in de chômeurs brutalement dispersé à Laghouat : «Ici, sans bakchich, tu n’as rien !»

Au moins 300 jeunes chômeurs et des candidats au logement social ont observé dans la matinée de mardi 8 mars un sit-in de protestation devant le siège de la wilaya de Laghouat, à 600 kms au sud d’Alger, a appris DNA auprès de Mohamed Kelakhi, membre de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) dans cette ville. La route principale menant vers le centre-ville est également coupée à la circulation. Quatre femmes ont été blessées suite à l’intervention de la police.


Aussitôt alertés, les forces antiémeutes se sont dépêchées sur les lieux. Les manifestants ont été brutalement dispersés. La police a eu recours aux bombes lacrymogènes, selon plusieurs témoins. « Ils ont chargé les manifestants. Quatre femmes ont été blessées. L’une d’entre elles a été évacuée par les pompiers vers l’hôpital », précise M. Kelakhi.

Le commissaire principal et le vice-président de l’ APW ont tenté de négocier avec les manifestants, en vain semble-t-il. « Les jeunes  ont refusé de parlementer avec eux. Ils exigent la présence du Wali (préfet), celui-là même qui n’a pas cessé de tenir des promesses mensongères», souligne ce membre de la LADDH.

Les manifestants ne veulent pas lâcher prise et continuent à occuper les lieux, malgré l’intervention musclée des forces anti-émeute.

A l’instar d’autres villes du pays, le climat social est très tendu dans cette région, l’une des riches d'Algérie. Les protestataires qui réclament des postes d’emplois et du logement, accusent également des responsables locaux de verser corruption, de clientélisme et de népotisme.

«  C’est un véritable réseau de corruption qui s’est tissé dans la willaya. Les droits élémentaires de la population sont bafoués. Des jeunes chômeurs et des diplômes de l’université sont exclus. Or, logiquement, nos devons être prioritaires. En lieu de cela, ils ramènent des travailleurs des autres régions du pays. Nous vivons une politique d’exclusion préméditée »,  s’indigne Mohamed, un habitant de Laghouat.

Et de s’interroger : « Nous nous demandons si les jeunes de cette région sont des criminels ou des terroristes pour subir autant d’injustice.»

Salim, un jeune chômeur, fustige la réaction brutale des forces de l’ordre. « Nous avons posé nos problèmes de manière pacifique. Mais, voila que la police a eu recours aux bombes lacrymogènes et à la trique. C’est un état de non droit », s’écrie-t-il.

Selon lui, des responsables locaux, à l’origine de tous les maux, ont légalisé la corruption.  « Tu ne peux rien obtenir sans verser du bakchich », se désole-t-il.

Abdelkader, lui, dénonce vigoureusement les opérations de distribution de logement. « Alors que des logements sont inoccupés, des gens habitent dans des garages insalubres. Des personnes qui ne sont même pas originaire de Laghouat ont bénéficié de manière illégale de logements. C’est injuste », fustige-t-il.

Les protestataires revendiquent par ailleurs le départ du chef de protocole du wali et le directeur du service de l’habitat et de l’urbanisme, accusés de constituer « une niche »  où prospèrenr corruption et prévarication.

En décembre 2010, des chômeurs avaient été passés à tabac devant le bureau du wali de Laghouat alors qu'ils étaient venus demander audience au premier responsable de la wilaya. Sept personnes avaient été blessés lors de cette intervention de la police.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soukehal Djamal Abdenasser 09/03/2011 03:33



J'ai complétement oublié, c'est le 08 Mars, le fête de .... On chasse le naturel, il revient au galop. Alors femme tais toi, on tabasse.



RAYANE 08/03/2011 21:21


BRUTALISER DES FEMMES QUEL COURAGE


Mebarki 08/03/2011 19:29


Le pouvoir joue avec le feu et il risque de laisser sa peau le temps est à l'orage et puis le temps de Bachagha Boualem est bien révolu. Mebarki


Samir 08/03/2011 19:16


Des associations autonomes et indépendantes, et syndicats libres, ne cessent de rencontrer énormément de difficultés et toutes sortes d’obstacles de la part des pouvoirs publics et de ses officines
issues principalement des divers services de sécurité (tous corps et tous secteurs confondus). Alors qu'elles agissent dans la totale légalité, conformément à la loi de décembre 1990 relative aux
associations en particulier, et aux lois de la République en général. C’est ce pouvoir - et ses exécutants, qui agissent en dehors des lois du pays, lois dont ce pouvoir est pourtant l’auteur. Ces
obstacles et problèmes vont du harcèlement quotidien que subissent les citoyens à tout les niveau meme au niveau de l'APC pour se faire délivrer un certificat de naissance idem pour un nombre
important d'associations ( qui n'ont pas un fil à la patte ) qui appellent à la justice et aux répartitions égales des richesses du pays qui ne profitent depuis 1962 qu'aux membres de la caste et
certains privilégiés , qui font l'objet de représailles systématiques (licenciements, interpellations par les services de sécurité, surveillances et intimidations, emprisonnements arbitraires,
justice expéditive, etc.) dont sont victimes les dénonciateurs de la corruption et les donneurs d’alerte. La police politique sous différents « habits » a toujours été très fortement mobilisée
contre les citoyens qui veulent s’impliquer dans les luttes sociales , menaces, risques, pressions, intimidations, etc..Aujourd'hui on constate que le pouvoir malgré les promesses faites pour
désamorcer une crise qui va perdurer et prendre de l'ampleur en vue de la réaction des services de sécurité qui brutalisent des femmes on constate que le rubicon est allégrement dépassé Oui ce
pouvoir continue, il continue de se jouer de nos têtes, oui ce pouvoir fait de ce peuple, ce qu'un comédien fait aux spectateurs lors de son spectacle. Ce pouvoir est indifférent, et il n'est pas
du tout concerné par les quelques réactions des citoyens qui ne réclament que leur droit. La quasi totalité du peuple est noyé dans la galère du chômage de la misère, et de la chéreté de la vie, ce
pouvoir continue de monter des scénarios, car il sait que ce pauvre peuple est fatigué C'est de cette façon que l'on terrorise la population et ce afin de pouvoir profiter de cette corruption qui
leur rapporte énormément. Ils croient que la contestation finira par s'essouffler des miettes par ci par là et le tour est joué comme DAB , et en fin s'éteindre, l'essentiel pour ce pouvoir c'est
que la base populaire reste docile et c'est là où le bat risque de blesser je suis de tout cœur avec mes frères et sœurs de Laghouat et les assure de ma sympathie Samir Amirouche Ouramdane
d'Azzouza


Soukehal Djamal Abdenasser 08/03/2011 17:53



SVP par vos comportements vous allez reveiller le dragon, faites attention. 



MOHAMMED HADJ AISSA 08/03/2011 15:47



je ne comprends pas que l'on puisse rester aussi sourd aux revendications légitimes de ces jeunes auxquels on fait subir toutes sortes de misères . Ayez au moins la plus élémentaire des
politesses en les recevant , en les écoutant meme si vous n'avez pas de solutions immédiates