Lettre de mon père retrouvée dans mes archives et datant de 1963.

Publié le par MOHAMED BEN CHIKH AL -AGHOUATI

تقرت 3/11/ 1963

 

 

إلى أخي العزيز

 

أبعث اليوم إليكم بأول رسالة منذ حللت بتقرت التي رأيناها أسراء و رأيتها و أنا حرّ طليق و وطني كذلك حرّ طليق و شتّان ما بين الحالتين، فلله الحمد و الشكر . و قد زرت دار الشيخ أول ما وطأت قدماي هذه البلدة للتذكرة و العبرة و قد فعلت هذه الزيارة في نفسي ما فعلت و اعتملت في داخلي مختلف الأحاسيس. و قصدت إلى كثير من رفقائنا في السجن تجديدا للذكريات و ربطا للعلاقات و اعترافا لجميلهم لدينا و قد تسائلوا جميعا عن أحوالك و هم يبلغونك سلامهم...."

 

J’ai retrouvé parmi mes archives une lettre datant de novembre 1963 écrite par mon père à son frère si Ahmida .Mon père venait de prendre ses fonctions d’inspecteur pour les régions de Touggourt et El oued pour organiser la première rentrée scolaire post indépendance. La ville de Touggourt, il l’avait connu prisonnier pendant la période coloniale et le voilà qu’il la retrouve libre après y avoir enduré , avec ses compagnons de prison,les pires sévices

Il évoque dans cette lettre ces moments pénibles de cette sombre période.

Publié dans SOUVENIRS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Samir 29/03/2010 23:36


Beau temoignage d'un temps beni l'écriture de l'histoire devient un besoin pressant que chacun apprte sa pierre à l'édifice et la construction ne sera que belle Samir Amirouche Ouramdane


MOHAMED BEN CHIKH AL -AGHOUATI 30/03/2010 11:30


merci pour ton appel qui s'il était suivi va permettre de constituer une petite base de données sur l'histoire de notre ville : une lettre, une anecdote, un souvenir ... tout cela a son importance
pour la reconstitution de l'histoire .


Soukehal Djamal Abdenasser 29/03/2010 14:48



L'écriture de l'histoire est devenue impérative. On n'a plus le droit de faire dans la rétention des documents (une lettre, un
témoignage, une histoire racontée, une anecdote, ....). Que les spécialistes s'adonnent à l'écriture. Je rejoins Amine, la sénescence est traîtresse et l'oubli est là, il guette les
mémoires.