Les Laghouatis se souviennent de Rouighi Attallah-par Arezki Bouhamam-

Publié le par LAGHOUATI

Humain, militant et bienfaiteur

Les Laghouatis se souviennent de Rouighi Attallah

 Feu Rouighi Attallah a pu atteindre les plus hautes cimes tout en restant simple et humble. ©D. R.

d-les-laghouatis-se-souviennent-de-rouighi-attallah-2c705.jpg

Comment oublier la générosité dont il a toujours fait preuve envers sa ville, ses amis et ses concitoyens ? Une grande existence s’est achevée.

Laghouat est toujours orpheline de Rouighi Attallah, décédé le 22 décembre 2000. Cette figure imposante et chaleureuse qui a su poursuivre jusqu’à la fin de sa vie l’inaccessible rêve qu’il avait toujours caressé, celui de voir sa ville enfin émerger de ses limbes.  Son absence, son bagout, son humanisme et son érudition se font d’autant plus sentir que sa disparition n’a pas été précédée d’une quelconque longue absence, car, malgré la débauche d’énergie qui l’a toujours caractérisé, il n’aura jamais, en cours de route, perdu cette acuité d’esprit que les Laghouatis et les fins connaisseurs avaient apprécié en lui en tout temps et en tous lieux. C’est une belle page de l’histoire de Laghouat qui se tourne et une part de sa mémoire qui s’en va. Car Attallah aura participé activement au détriment souvent de sa santé et de son bien-être à vouloir toujours offrir à sa ville et à ses concitoyens ce qui il y a de meilleur. Le rôle de Attallah ne s’est pas limité à cela. Il a œuvré sa vie durant pour le renforcement du prestige de la notion de ce que devrait être un homme d’Etat.  Enfin, comment oublier la générosité dont il a toujours fait preuve envers sa ville, ses amis et ses concitoyens. Une grande existence s’est achevée. Une longue mémoire s’est éteinte. Une bénéfique impulsion a cessé. Il avait beaucoup observé et pas seulement le monde qui l’entourait mais aussi l’élite intellectuelle, le personnel politique et la haute administration. Il avait beaucoup bourlingué à une époque où l’on ne parcourait pas aussi facilement la planète et l’âme humaine dans toute sa diversité et sa complexité. Mais ce connaisseur fin lettré était aussi un animateur hors pair qui a su transmettre des impulsions fortes et souvent décisives à de nombreuses institutions qui ont sa prédilection. D’une curiosité d’esprit toujours en éveil, il a, comme le disent ses amis, “regardé stoïquement et sereinement dans toutes les directions”. Ses thèmes, ses projections dans l’avenir comme le Jardin Oasien qu’il a su préserver d’une prédation programmée, il les appelait “mes combats”, des défis qui portaient la marque de l’expérience, de l’utilité et de la croyance dans le progrès et dans l’humain surtout. Son expérience, son exigence, son autorité, son intelligence, sa modestie, sa tolérance et son humanisme échevelé pouvaient impressionner. Mais nombreux sont ceux qui ont eu en lui un ami, un confident et un pote éloquent, calme, altruiste et charmant.  Comme les gens de son espèce, Attallah avait le sens de l’amitié, donnée une fois pour toutes, et ô combien agissante ! Il était, quoi qu’on dise, un homme hors du commun, qui a traversé le 20e et le 21e siècles au pas de charge sans s’essouffler.

 

 

Publié dans AREZKI BOUHAMAM

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

الحاج الطيب بريشي 27/12/2014 08:07


الله يرحمه ويغفر له كان رحيم وفي المستوى

LAGHOUATI 27/12/2014 11:39



amine



Med-Seddik Lamara 24/12/2014 15:37


Je me souviens parfaitement de lui.C'est le cousin et l'homonyme parfait de l'autre Roughi Atallah, l'ancien directeur de l'EDIED de Laghouat ALLAH yarmhoum. Comme énumérées par l'article paru
dans Liberté, ses  grandes qualités j'ai eu à les apprécier au cours de ma longue mission de journaliste d'agence dans la région. Il était pour moi une référence et une source avisée et
incontournable dont ne pouvaient se passer mes enquêtes. Fort réservé mais très disponible quand je le sollicitais pour un avis, il irradiait un savoir et une vaste culture qui ne pouvaient
laissé indifférent. Spartiate dans son rôle d'émérite commis de l'Etat, il a certainement laissé partout son empreinte d'homme modeste, beinfaisant et utile pour sa ville et ses communautés.
L'article lui a rendu un hommage plus que mérité. Qu'il repose en paix sous la bienveillance divine. Amiiiiiiin. M.S.L