Les Etudiants de Laghouat en grogne.

Publié le par LAGHOUATI

 

Plus d’un millier d’étudiants ont bloqué dans tôt dans la matinée du mercredi 16 février l’université de Laghouat, 300 Kms au sud d’Alger, a appris DNA auprès de Mounir,  délégué des étudiants. Les étudiants-ingénieurs dénoncent un décret présidentiel du 15 décembre 2011 qui fixe la grille indiciaire des traitements et le régime de rémunération des fonctionnaires.


A l’université de Laghouat, la grogne touche tous les départements : architecture, génie civile, biologie... «Nous avons mobilisé les étudiants depuis 6H du matin et avons fermé l’entrée de l’université. Ni les travailleurs, ni les enseignants n’ont pu y accéder », ajoute notre source, jointe par téléphone.

Hormis un barrage routier installé à quelques mètres de l'entrée du campus, aucune présence policière n’est signalée. La fermeture de l’université s’est faite dans la « calme » et « aucun dépassement n’est signalé », rassure Mounir.Les enseignants se sont montrés solidaires avec le mouvement enclenché par étudiants.

Raison de la colère? Le nouveau décret dévalorise, à leurs yeux, leur diplôme d’ingénieurs d’Etat au profit de ceux issus du système LMD. « Le diplôme d’ingénieur est désormais rétrogradé. Nous refusons catégoriquement ce décret. Vous imaginez,  le diplôme bac+3 équivaut à celui de bac +5. Ce décret défavorise tous les étudiants de l’université. Ce n’est pas logique», explique Mounir.

Suite à ce mouvement de protestation, le recteur de l’université aurait menacé les « délégués » des étudiants grévistes, en les accusant d’être des « fauteurs de troubles », selon notre interlocuteur. Cela étant dit, les étudiants de l’université de Laghouat réclament le maintien de l’ancien système et la suppression du nouveau décret. Seule manière de les rétablir dans leurs droits.

« Nous n'allons pas baisser les bras. L’université sera bloquée jusqu’à la satisfaction de nos revendications», conclut Mounir.

Depuis la publication du nouveau décret, la colère gronde dans plusieurs écoles et universités du pays. Le ministère de l’Enseignement supérieur reste pour l’instant inflexible.

Alger, un rassemblement tenu mercredi devant les portes du siège du ministère de l'Enseignement Supérieur, à Ben Aknoun, a réuni un millier d’étudiants.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benyelles 17/02/2011 21:48


Leurs proginitures étudient dans les grandes Universités aux gueux une école au rabais avec Benbouzid comme cuisinier c'est vraiment risible Benyelles Tlemcen


Amine Lotfi 17/02/2011 21:34


Vraiment c'est de la fuite en avant ..... Amine Lotfi


Ahmida Mimouni 17/02/2011 12:12



Bravo pour la nouvelle arithmétique inventée par nos valeureux ronds-de-cuir du MESRS: si j'ai bien compris, moi le littéraire,.Bac + 3 = Bac + 5, donc  Bac + 0 = Bac + 2. En d'autres
termes, 0 = 2.


Wa qul rabbi zinî 3ilman



Samir 16/02/2011 22:55


C'est le résultat de plusieurs années de bricolage l'effet pervers de la FAWDHA MENTALE de Benbouzid agit comme la vache folle je le dis parceque je suis de la partie (professeur à l'Université )
on devrait tous les poursuivre en justice pour crimes contre l'avenir de ce pays qu'ils gerent comme une boutique on ne leur pardonnera jamais Samir Amirouche Ouramdane d'Azzouza


Soukehal Djamal Abdenasser 16/02/2011 17:34



Nous avons cette manie de reculer, alors que le monde occidental avance. Il y a des personnages lugubres qui adorent le chaos, à ces personnages je dis: du balai, dégagez.