Laghouat: sept jeunes tabassés par la police

Publié le par LAGHOUATI

Laghouat : sept jeunes tabassés par la police pour avoir observé un rassemblement devant la wilaya

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 28.12.10 | 12h38 14 réactions

 Sept jeunes vendeurs ambulants qui se sont présentés au siège de la wilaya de Laghouat pour demander une audience au wali, ont été sauvagement passés à tabac par tout un bataillon de la police. 

zoom | © D.R

Sept jeunes vendeurs ambulants qui se sont présentés au...

C’est une scène qui a choqué l’ensemble de la population de la ville de Laghouat, située à 400 Km d'Alger. Sept jeunes vendeurs ambulants qui se sont présentés mardi matin au siège de la wilaya de Laghouat pour demander une audience au wali, ont été sauvagement passés à tabac par tout un bataillon de la police, soulignent des témoins oculaires. 

Pour avoir osé observer un rassemblement devant le siège de la wilaya, ces jeunes citoyens ont vu les violents coups pleuvoir sur leurs corps chétifs. Battus, arrêtés et embarqués de force par les agents de l’ordre au commissariat de la ville de Laghouat, ces jeunes ont même subi des maltraitances pendant leurs interrogatoires, dénonce Yacine Zaïd, président de la section de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l'Homme (LADDH) de Laghouat. 

"J’ai dû intervenir personnellement auprès des policiers pour qu’ils arrêtent de lever la main sur un jeune homme fragile et diabétique de surcroît. Les policiers lui ont cassé le bras à force de le cogner", dénonce Yacine Zaïd. Joint au téléphone, notre interlocuteur rapporte que les policiers lui ont confiés recevoir un ordre du wali en personne pour placer ces sept jeunes en garde à vue ! 

"Depuis quand un wali ordonne aux services de sécurité de traiter de la sorte un citoyen ?", s’interroge le président de la section de la LADDH. "Ces jeunes n'ont cherché qu'à rencontrer le wali pour lui faire de part de leur détresse sociale. Est-ce un crime ?", ajoute encore notre interlocuteur. 

A signaler enfin que ces sept jeunes hommes ne sont en fait que des vendeurs ambulants qui nourrissent leurs familles grâce au commerce informel. Mais les services de sécurité leur ont interdit de continuer à occuper la voie publique et leurs marchandises ont été toutes saisies.

Mardi matin, ces jeunes chômeurs ont tenté de rencontrer le wali de Laghouat pour le prier de les laisser poursuivre ces activités à défaut d'un emploi digne de ce nom. Malheureusement, à leur requête, les pouvoirs publics ont opposé la matraque et le bâton...  

Abderrahmane Semmar
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Benadjila 18/01/2011 13:07


Maintenant ils vont tout faire pour paraître fréquentable un régime fasciste comme les nôtres ne peut faire amende honorable il gagne du temps la fin à la BENALI le tyran leur donne des insomnies


Rezig 18/01/2011 12:13


Maintenant les Walis sont sommés de répondre aux doléances des Citoyens ce sont les nouvelles instructions qui leur ont été édictées l’Algérien lambda devient comme magie de l'effet boule de neige
ou par la loi des dominos fréquentable la RÉVOLUTION DES JASMINS fait peur mais qui rendra leur dignité aux jeunes qui ont été injustement bastonnés


Benyelles 30/12/2010 22:39


Dans les pays qui se respectent les Policiers repondront de leurs gestes ce genre de provocation peut avoir des effets nefastes les plaies sont encore ouvertes les rancoeurs sont omnipresentes et
une étincelle peut rallumer un brasier qui ne s'est jamais eteint les pouvoirs publics se doivent de réagir le ver est dans le fruit prenez garde .Benyelles Tlemcen


Yacine Zaid 30/12/2010 20:27










Brahimi 29/12/2010 21:37


LES MOBUTU et LES GAGBO ils ne sont pas en Afrique ils sont partout à Laghouat et en Algerie Pays de la DICTATURE et du TAG ALAA MIN TAG C'EST HONTEUX LES POLICIERS DOIVENT REPONDRE DE LEURS ACTES
C'EST CRIMINEL IL NE FAUT PAS LAISSER FAIRE IL FAUT AGIR QUITE A FAIRE APPEL AU TPI S'IL LE FAUT Y EN A MARRE DE SE LAISSER TABASSER SANS REAGIR NOUS SOMMES UN PEUPLE AMAZIGH OUI OU NON


Samir 29/12/2010 21:31


J'ai mal à mon pays j'ai honte mais c'est previsible dans un état policier qu'ils sont en train de mettre en place et il se trouve des gens qui applaudissent à se rompre les mains ca a commencé
lorsqu'on a assassiné Guermah Massinissa dans un poste la Kabylie a vecu des journées d'enfer dernierement c'est à Constantine idem mort d'homme les pouvoirs publics tentent de noyer le poisson nos
letrés quitent le pays les jeunes preferent la compagnie des requins et tout algerien qui a une jugeote essaie de prendre la fuite dans un pays rebutant où les quelques espaces de liberté
s'emmenuisent comme une peau de chagrin ce pouvoir maffieux et assassin ne comprend que le langage du baton la France c'était la carrotte et le baton chez nous c'est le baton et on se demande aprés
pourquoi il y a tant de contestations et pourquoi les algeriens detestent leur pays il y a quelque chose de pas normal il faudrait faire quelque chose ca ne peut plus continuer comme ca c'est la
DICTATURE qu'ils sont en train d'installer reveillez vous avant qu'il ne soit trop tard les augmentations de salaire des FLICS justifient elles toute cette haine à l'endroit de pauvre algeien des
fois j'ai honte de me considerer algerien tant la HOGRA me repugne j'en parle parceque j'en connais quelque chose de tout coeur je suis avec vous votre frere Samir Amirouche Ouramdane Azzouza
Larbaa Nath Irathen TIZI OUZOU


BENSMAINE 29/12/2010 11:12



MALHEUR SUR MALHEUR,A QUI LA FAUTE? SOYONS SAGES AVANT TOUT ET FAISONS PREUVE DE COMPASSION POUR LES FAIBLES AVANT LE DROIT ET LE DEVOIR.IL Y A SUREMENT DES SOLUTIONS MEILLEURES A
ETUDIER EN TOUTE SÉRÉNITÉ.



soukehal Djamal abdenasser 29/12/2010 07:03



Tout le monde veut une vie décente, la preuve tous les statuts révisés ou ceux qui sont en révision. Pourquoi leur révision, c'est pour avoir un salaire décent, bref
de quoi faire vivre nos enfants. C'est malheureux d'arriver à cette situation. Oui j'accepte de payer le parking, j'ai peur pour la voiture  de x (je n'ai pas de voiture), le
salaire minable que je perçois ne peut en aucun cas me permettre d'acheter un vélo, eh oui chers amis.  Oui , j'accepte que les jeunes vendent à la volette, donnez
leur une autre alternative !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!  


Je partage cette phrase de Monsieur Boufeldja Aidi Docteur en droit public'' ... parce que chez nous , nous n'avons pas encore le culte du mérite , de la compétence et
de l’intégrité pour choisir des élites politiques au-dessus de tout soupçon pouvant conduire leur peuple vers d'heureux rivages.....''



LAGHOUATI 28/12/2010 19:44


Et ils organisent des séminaires et font des études pour savoir pourquoi les jeunes quittent le pays pour aller mourir en mer ?


LAGHOUATI 28/12/2010 19:44


Et ils organisent des séminaires et font des études pour savoir pourquoi les jeunes quittent le pays pour aller mourir en mer ?


LAGHOUATI 28/12/2010 18:48


Et ils organisent des séminaires et font des études pour savoir pourquoi les jeunes quittent le pays pour aller mourir en mer ?


soukehal Djamal abdenasser 28/12/2010 17:48



Il y a quelque chose qui ne va pas. Ce n'est pas prévu par les textes en vigueur.





CONSTITUTION
DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE





JORADP N°76 du 8 décembre 1996
modifiée par :
Loi n°02-03 du 10 avril 2002 JORADP N°25 du 14 avril 2002
Loi n°08-19 du 15 novembre 2008 JORADP N°63 du 16 novembre 2008









PREAMBULE








Le peuple algérien est un peuple libre, décidé à le demeurer.
Son histoire est une longue chaîne de luttes qui ont fait de l'Algérie de toujours une terre de liberté et de dignité.




Placée au coeur des grands moments qu'à connus la Méditerranée au cours de son histoire, l'Algérie a su trouver dans ses fils, depuis le royaume numide et l'épopée de l'Islam jusqu'aux
guerres coloniales, les hérauts de la liberté, de l'unité et du progrès en même temps que les bâtisseurs d'Etats démocratiques et prospères dans les périodes de grandeur et de paix.




Le 1er Novembre 1954 aura été un des sommets de son destin.
Aboutissement d'une longue résistance aux agressions menées contre sa culture, ses valeurs et les composantes fondamentales de son identité que sont l'Islam, l'Arabité et l'Amazighité, le
1er Novembre aura solidement ancré les luttes présentes dans le passé glorieux de la Nation.




Réuni dans le mouvement national puis au sein du Front de Libération Nationale, le peuple a versé son sang pour assumer son destin collectif dans la liberté et l'identité culturelle
nationale retrouvées et se doter d'institutions authentiquement populaires.
Couronnant la guerre populaire par une indépendance payée du sacrifice des meilleurs de ses enfants, le Front de Libération Nationale, restaure enfin, dans toute sa plénitude, un Etat
moderne et souverain.




Sa foi dans les choix collectifs a permis au peuple de remporter des victoires décisives, marquées par la récupération des richesses nationales et la construction d'un Etat à son service
exclusif, exerçant ses pouvoirs en toute indépendance et à l'abri de toute pression extérieure.




Ayant toujours milité pour la liberté et la démocratie, le peuple entend, par cette Constitution, se doter d'institutions fondées sur la participation des citoyens à la gestion des affaires
publiques et qui réalisent la justice sociale, l'égalité et la liberté de chacun et de tous.




En approuvant cette Constitution, oeuvre de son génie propre, reflet de ses aspirations, fruit de sa détermination et produit de mutations sociales profondes, le peuple entend ainsi
consacrer plus solennellement que jamais la primauté du droit.




La Constitution est au-dessus de tous, elle est la loi fondamentale qui garantit les droits et libertés individuels et collectifs, protège la règle du libre choix du peuple et confère la
légitimité à l'exercice des pouvoirs.
Elle permet d'assurer la protection juridique et le contrôle de l'action des pouvoirs publics dans une société où règnent la légalité et l'épanouissement de l'homme dans toutes ses
dimensions.




Fort de ses valeurs spirituelles, profondément enracinées, et de ses traditions de solidarité et de justice, le peuple est confiant dans ses capacités à oeuvrer pleinement au progrès
culturel, social et économique du monde d'aujourd'hui et de demain.




L'Algérie, terre d'Islam, partie intégrante du Grand Maghreb, pays arabe, méditerranéen et africain, s'honore du rayonnement de sa Révolution du 1er Novembre et du respect que le pays a su
acquérir et conserver en raison de son engagement pour toutes les causes justes dans le monde.




La fierté du peuple, ses sacrifices, son sens des responsabilités, son attachement ancestral à la liberté et à la justice sociale sont les meilleurs garants du respect des principes de
cette Constitution qu'il adopte et transmet aux générations futures, dignes héritières des pionniers et des bâtisseurs d'une société libre.






Mohammed HADJ AISSA 28/12/2010 15:58



Si le journaliste a rapporté la stricte vérité, il est inadmissible que des citoyens qui demandent à voir un responsable soient traités de la sorte , et il est inconcevable que le wali puisse
ordonner que les jeunes soient traités aussi bassement par des autorités qui sont censées etre là pour apporter des solutions aux problèmes vécus par la population .