Laghouat : les forces de l'ordre tabassent quatre femmes lors d'un rassemblement pacifique

Publié le par LAGHOUATI

A la une Actualité
 

Laghouat : les forces de l'ordre tabassent quatre femmes lors d'un rassemblement pacifique

Taille du texte normaleAgrandir la taille du texte

le 08.03.11 | 11h51 2 réactions

Les forces de l'ordre ont dispersé, Mardi matin, par la force plus de 300 chômeurs et demandeurs de logements sociaux  qui se sont rassemblés devant le siège de la wilaya de Laghouat. Selon des sources locales, au moins quatre femmes ont été blessées après avoir reçu des coups de bâtons de la part des policiers.  

Présent sur les lieux, Mohamed Kallaghi, militant des droits de l'homme à la section de Laghouat de la Ligue Algérienne des défenses des droits de l'homme (LADDH) a confirmé à elwatan.com qu'au moins une femme a été transférée à l'hôpital après avoir été brutalisée par des policiers anti-émeutes.  

"Vers 8 H 30, ces citoyens se sont rassemblés pacifiquement en réclamant leur droit de rencontrer le wali. Ce dernier a fait de nombreuses promesses pour fournir des emplois et des logements à la population. Mais, aujourd'hui, il a refusé de les rencontrer. Du coup, les policiers ont intervenu, vers 10 H 30, pour les disperser et les réprimer. Et, malheureusement, ils n'ont pas hésité à tabasser et à frapper des femmes et des personnes âgées", dénonce notre interlocuteur joint par téléphone. 

"En dépit de la répression, ces citoyens ont refusé de quitter les lieux. Ils continuent à occuper la route principale qui mène vers le centre-ville de Laghouat. Après les affrontements, un commissaire principal s'est vite déplacé sur les lieux pour calmer ses éléments et permettre aux protestataires de tenir leur rassemblement.  Quaunt aux femmes blessées, elles ont été prises en charge. L'une d'entre-elles a été transférée à l'hôpital",  ajoute encore Mohamed. 

Les citoyens protestaires ont également réussi à imposer aux forces de l'ordre leur droit de pénétrer à la wilaya pour rencontrer ses responsables, a appris elwatan.com. Une délégation représentative a été composée pour rencontrer le wali. Cette délégation ne manquera pas de dénoncer auprès du wali ces nouveaux actes de violences perpétrées par les forces de l'ordre à l'encontre de citoyens innoncents et pacifiques, explique-t-on. 

Abderrahmane Semmar
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cheguevara 09/03/2011 21:07



blade miky



kahouadji 09/03/2011 07:45



Bonjour à tous !


Malheureusement, la violence trone sur le reste , C'EST NOTRE COMMUNICATION.


On essaye de chasser la lumière là ou elle jaillit


 On essaye de  la dénier , l'ignorer , fair semblant de ne pas la voir là ou elle se trouve...


 On aime le brouillard , la brume ,la grisaille et les nuages..


On incruste la noirceur là on peut , là ou on a les moyens de le faire...


En fin , on ne communique pas ....


 A quand , cette reelle communication entre l'administration et ses administrés?


  BONNE JOURNEE A VOUS TOUS!



RAYANE 08/03/2011 21:20


LA HOGRA DOIT CESSER IL EST INCONCEVABLE QUE L'ON ACCUEILLE DES ALGÉRIENS ET DES ALGÉRIENNES AVEC LA TRIQUE DU POLICIER A CROIRE QUE LES POUVOIRS PUBLICS SONT APHONES ? SOURDS ET AVEUGLES DE CE QUI
SE PASSE DANS LES PAYS ARABES QUI ONT BASCULE VERS LE CONTESTATION TOUT AZIMUTS POUR SE RÉAPPROPRIER LEURS HONNEURS BAFOUES PAR DES ÉTATS POLICIERS QUI PAIENT AUJOURD'HUI AU PRIX FORT LEURS
FORFAITURES ET LEURS COMPORTEMENTS INDIGNES DE GENS RESPECTABLES LE VENT SOUFFLE ET A CE RYTHME LE FEU RISQUE FORT DE PRENDRE PRENEZ GARDE LA FRONTIÈRE EST MINCE ET LE FIL EST SI FRAGILE JE SUIS
DÉSOLÉ POUR CE COMPORTEMENT QUI EST A L'OPPOSE DES SEMONS ET DES EFFETS D'ANNONCE


Mebarki 08/03/2011 19:51


Tabassées pendant la journée internationale de la femme drôle de cadeau d'un pouvoir qui ne prend pas de la graine de ce qui se passe en Tunisie , Egypte et Libye toutes ces erreurs se paieront
cash en temps opportun personne n'a le droit de brutaliser un algérien Mebarki


Soukehal Djamal Abdenasser 08/03/2011 17:58



Le bon sens doit prévaloir. Le Wali commis de l'Etat est tenu de recevoir ses administrés et les citoyens de sa wilaya.