Je me souviens....De ma première raclée....

Publié le par LAGHOUATI

Je me souviens ….

 

Il y a bien une seule fois dans ma vie que j’ai reçu une raclée de mon père, l’unique fois, la première et la dernière. Il n’était pas dans les habitudes de mon père d’utiliser la manière forte pour se faire obéir.

Je dois avouer que je méritais la raclée pour m’être conduit comme un véritable galopin.

Comment est-ce arrivé ?

Je vais vous le raconter !

J’avais à peine 6 ans, nous habitions à la « grande seguia » et tous les soirs à la sortie de l’école, les enfants du quartier se retrouvaient  devant le cinéma de si Bachir pour jouer au ballon   ou à d’autres jeux jusqu’à la tombée du jour  Il y avait  Mustapha Hadjadj, Abdelkader Zakhrouf, Ahmed Marfoua, Senoussi Bensalem, Madani Khalifa, Abdelhamid Hadj Aissa,  Sid ahmed Bensalem Allah yarahmou  et d’autres encore dont je ne me rappelle plus les noms.

Le chef de la bande était Mustapha qui se comportait en leader mais qui n’était pas admis par tout le monde , il était quelque fois contesté par certains camarades  qui ne pouvaient admettre qu’il leur donne des ordres ou que cela soit toujours lui qui forme l’équipe de foot appelée à jouer contre les équipes d’autres quartiers.

Les enfants des autres quartiers de la ville qui « osaient » s’aventurer dans notre quartier étaient souvent malmenés et soumis à un contrôle rigoureux. Il fallait souvent pour eux « acheter » notre complicité par des billes, des illustrés  pour les garçons ou des bonbons pour les filles.

Ces enfants, garçons et filles venaient tous les soirs prendre le lait de vache de chez  le regretté Hadj Mohammed Benmoussa  qui habitait au  »tapis vert »

Ce soir là nous n’eûmes pas droit à ce que nous considérions comme un droit, nous primes la décision de nous venger en infligeant des coups aux garçons et en tirant les cheveux des filles. L’une des filles,  qui avait de longues tresses, fut la victime toute désignée. Malgré l’obscurité naissante, elle me reconnut et sans tarder alla illico-presto  chez ma mère se plaindre de mon comportement pour le moins peu amène.

Moi, je n’en savais rien

Je retournai à la maison ne doutant de rien. Ma mère ne me souffla mot de la visite de la fille aux tresses. Lorsque rentra mon père elle fait vite de le mettre au courant. Et cela fut ma fête, une bonne raclée, pas de diner .

Je me souviendrai toute ma vie de cette belle raclée, la première et la dernière.

Allah yarahmek , sidi je ne vous en veux pas pour ça , vous avez juste rempli votre mission de père !

21/12/2010 à 00:00

Publié dans SOUVENIRS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Soukehal Djamal Abdenasser 13/05/2011 10:12



Tu n'es pas le seul. de la part de mon père, mon oncle paternel, ma tante paternelle, ma grand-mère paternelle, j'en ai réellement goutté aux délices de la déculottée. Galopin que j'étais mes
parents pour un oui et pour un non et ne voulant en aucun cas avoir des problèmes avec les voisins et les autres,..... j'étais bon pour la raclée. à 19 ans (c'était la dernière j'ai reçu la
dernière gifle de mon père), j'aimerais bien recevoir d'autres, mais mon père a rejoint son créateur Allah yarahmou.